Colloque International

THÈME :

Rôle, influence et impacts des modes et espaces de diffusion sur le développement du cinéma africain de 1997 à 2021: figures, figurations, thématiques, lieux d’expositions et enjeux d’un art marchand et libérateur.

Appel à contributions

Appel a contribution

ARGUMENTAIRE

 

Reflet de la pensée suprématiste européenne, le cinéma  qui fit irruption en Afrique au XXe siècle est longtemps demeuré au service de la prétendue mission civilisatrice de l’Occident.  Dans les premiers films produits et réalisés par les Occidentaux, l’Afrique n’était qu’un décor, un espace exotique et anhistorique où une tendance fétichiste aux corps dénudés captivait les perceptions narratives et visuelles des auteurs. Puis vint le temps des premiers cinéastes africains : certains reproduisirent les schèmes de l’ancien maître ( Oumarou Ganda), tandis que d’autres optèrent, dès le départ, pour un cinéma de décolonisation et d’émancipation des peuples (Sembène Ousmane).

Le temps est passé, et le cinéma africain s’est peu à peu affranchi des dogmes et orientations post coloniaux, sans forcément poursuivre la voie du militantisme « primaire », libérant quelque part la création, pour en arriver à une sorte d’explosion des genres, des écritures et des modèles dont le cinéma 2.0 n’est peut-être qu’une étape. Néanmoins, il faut préciser que cela s’est fait de manière inégale, et telle est la raison pour laquelle on note d’importantes variations voire des divergences d’un pays à l’autre ou d’un cinéaste à un autre.

Dans cette évolution, les modes et espaces de diffusion (Salles, Vidéo, TV, Netflix-Amazon, Festivals) ont chacun, sans le savoir ou davantage sans le vouloir, joué un rôle capital. Les thèmes et les formes ont ainsi été influencés par les modes de diffusion. Le public a parfois pris le pouvoir (temps de la vidéo), influençant à son tour la production, infléchissant le développement du septième art vers la libération des peuples et des expressions, surtout, la libération des cinéastes et de tous ceux qui prétendent l’être.

Télécharger l’argumentaire ici